Un joli conte philosophique pour déployer ses ailes

petit moineau qui n'a pas encore déployé ses ailes

Le conte du Petit Moineau à qui son papa n’avait jamais appris à voler…

Ce conte philosophie s’adresse à tous les enfants et les enfants intérieurs qui n’ont pas appris à déployer leurs ailes et qui manquent de confiance dans leurs capacités.

« Un Petit Moineau tout mignon et tout gris se balade un baluchon sur l’épaule sur un chemin de terre sinueux. 

Il marche depuis des jours dans l’espoir de rencontrer un ami. Toute la journée il regarde, il espère, il attend. Et la nuit tombée il se cache dans un petit coin à l’abris des prédateurs qui pourraient avoir envie d’en faire leur quatre heure. 

Il marche depuis des jours et pour l’instant il n’a rencontré que des personnes indifférentes ou qui se sont moquées de lui, parce qu’il était un Petit Moineau tout gris et tout gros.

Un jour il rencontre un grand Eléphant Majestueux, tout gris lui aussi, tout gros aussi. Cet éléphant s’arrête, curieux de comprendre pourquoi le Petit Moineau ne déployait pas ses ailes alors qu’il avait la chance d’en avoir

« Eh, bonjour Petit Moineau. Dis moi, que fais-tu là caché dans un coin alors que le ciel immense t’ouvre les bras ? »

« Mon papa ne m’a jamais appris à voler… Toute ma vie il m’a répété que je n’y arriverai jamais et que je suis trop gris et trop gros pour y arriver. Alors je n’ai jamais réussi. »

« N’y avait-il donc personne d’autre pour t’apprendre à voler parmi les tiens ? » questionna l’Eléphant Majestueux.

« Ma maman a essayé de nombreuses fois de me montrer comment faire, pendant des heures elle a volé autour de moi, a atterri, est repartie, pour que j’apprenne en l’imitant. Elle m’a donné des cours théoriques, a fait venir les meilleurs professeurs. Elle a créé une rampe de lancement pour que je décolle de plus haut que le sol. Ensemble nous avons tissé un ballon pour que le vent m’aide à m’élever. Et bien d’autres tentatives encore. Tout cela n’a pas servi. Il me manque quelque chose que seul un papa peut transmettre : la confiance en ma capacité à voler. Sans cet ingrédient rien n’y fait. Alors depuis des jours je marche, mon baluchon sur l’épaule, à la recherche d’un ami qui pourra me transmettre sa confiance. »

« Je comprends mieux », dit l’Eléphant, « et comment se passe ta quête jusqu’ici ? »

« Chaque animal que je croise me dévisage du coin de l’oeil ou alors me juge parce que je suis un petit moineau tout gris et tout gros. Certain.e.s se sont même arrêté.e.s pour me dire que je n’étais pas normal et qu’il fallait absolument que je maigrisse car si je continuais comme cela j’allais être malade ou tomber dans un trou pour toujours… Aucun.e n’a compris que si j’étais tout gris et tout gros, c’était parce que je ne pouvais pas voler ! »

« Les animaux se jugent facilement entre eux… Je suis désolée que tu aies dû subir l’ignorance de la majorité cher Petit Moineau. », dit l’éléphant avec sincérité et compassion. « Tu sais, moi aussi je suis tout gros et tout gris ! On se ressemble peut-être plus que tu ne le crois ! Pourtant tu m’appelles l’Eléphant Majestueux et tu te nommes le Petit Moineau… Pourquoi ne deviendrais-tu pas le Moineau Majestueux toi aussi ? »

« C’est vrai ça » pensa intérieurement le Petit Moineau, plus si petit que ça. « Qu’est-ce qui m’empêche de décider de devenir le Moineau Majestueux ? » 

Après un instant de silence, le moineau dit à l’Eléphant Majestueux : « Oui mais toi tu es un éléphant, tout le monde s’attend à ce que tu prennes cette place et à ce que tu sois gris. Pour un moineau, c’est affreux. Mon papa disait même que personne ne peut m’aimer comme cela, que je ne suis pas aimable… Pourtant, quand j’était très jeune moineau et que la question de ma couleur et de mes ailes n’avait pas encore fait surface, je me voyais déjà arborer mes belles couleurs et déployer mes ailes pour voler au dessus de la vallée ! Je m’imaginais même devenir celui qui aiderait les petits moineaux à déployer leurs ailes à leur tour. Mais ça, c’était avant qu’on me dise que je n’en étais pas capable. Maintenant je sais que je ne pourrai jamais être celui que j’ai toujours rêvé d’être… »

L’Eléphant, connu pour être le plus sage des animaux, réfléchissait à comment aider ce Petit Moineau en quête de confiance… Comme on pouvait lire sur son visage les efforts qu’il faisait pour trouver une solution, le Petit Moineau s’assis tranquillement sur un caillou en attendant que l’illumination apparaisse. 

Et d’un coup… TADAH !!

L'éléphant Majestueux, personnage du conte philosophique pour déployer ses ailes

« Cher Petit Moineau, je vais t’emmener dans un endroit très spécial. Je te demande seulement de ne pas me poser de question pendant le trajet, et de te concentrer sur une chose : et si ton papa s’était trompé sur toi ? »

Le Petit Moineau bien docile accepta de poursuivre le voyage à dos d’éléphant, ce qui l’arrangeait bien pour reposer ses pattes fragilisées par le voyage. Il grimpa par la trompe, et alla se nicher dans le creux d’une des oreilles de l’Eléphant. Il posa son baluchon dans son dos pour s’y reposer.

L’Elephant Majestueux se mis alors à marcher à son allure, lente et fière. Le Petit Moineau se dit à ce moment-là : « heureusement qu’on ne demande pas à un éléphant de courir vite, il serait bien impossible pour lui de satisfaire les attentes qui lui seraient imposées par l’extérieur… ». 

Et puis il se concentra comme convenu sur la question simple mais oh combien pertinente qui lui avait été posée : « et si ton papa s’était trompé sur toi ? ».

Pendant plusieurs heures cette question resta en suspend et personne ne dit mot.

Les deux compagnons croisèrent encore le chemin d’animaux jugeurs qui ne s’empêchèrent pas de faire remarquer au Petit Moineau qu’il était bien trop gris et bien trop gros, et que jamais sur toute la Terre on n’avait vu un Elephant transporter un Moineau sur l’oreille, que cela ne se faisait pas… Parmi les plus acerbes, certain.e.s dirent même que l’Eléphant n’aidait pas le Moineau à maigrir en le portant sur son dos…

Le Petit Moineau était comme affaibli à chaque nouvelle remarque, mais il vit que l’Eléphant gardait son visage joyeux malgré les critiques. 

Alors le Petit Moineau se permis quelques mots pendant le voyage : 

« Comment fais-tu pour demeurer joyeux malgré les critiques cher Elephant Majestueux ? », questionna le Petit Moineau.

« Il est temps que je te dise quelque chose d’important Petit Moineau, quelque chose qui va te faire changer de regard sur qui tu crois que je suis : je viens d’une longue lignée d’éléphants blancs, les plus beaux et les plus majestueux des éléphants qui existent. »

« Mais, tu es gris toi ! », rétorqua le Petit Moineau.

« Eh oui, je suis gris. Alors depuis que je suis petit, j’entends que je ne suis pas né de la bonne couleur, que je n’ai pas la même valeur que mes frères et soeurs. C’est mon papa qui me dit cela. Il me dit que jamais je ne pourrais êtes majestueux comme les autres, avec ma couleur fade et mes poils longs et noirs. »

« Comment as-tu fait pour avoir confiance en tes capacités alors ? », demanda le Petit Moineau avec des grands yeux ébahis et tellement de hâte à entendre la réponse !!

« Par hasard, j’ai découvert l’endroit où je t’emmène, et j’y ai pris conscience d’une chose fondamentale. »

« Laquelle ? Laquelle ? », demanda de plus belle le Petit Moineau en sautillant sur ses pattes.

« Attends d’arriver et tu verras… »

À la vitesse de l’éléphant, cela pris encore plusieurs heures pour arriver. 

Le Petit Moineau n’en pouvait plus d’attendre !! Il fini par s’endormir d’ennui après avoir essayé de soutirer toutes les informations possibles à l’Eléphant Majestueux qui demeurait silencieux.

Tout à coup ce dernier s’arrêta et dit : « nous y sommes ! »

Le Petit Moineau bondit ! 

Il regarda autour de lui et vit une chose tout à fait singulière… Ils étaient arrêtés au milieu d’un champ de peaux de serpent. Il y en avait partout autour, des mues par milliers, de toutes tailles et de couleur beige transparente. 

« Les serpents viennent ici pour muer… », dit simplement l’Eléphant Majestueux.

peau de serpent - mue - métaphore pour aider le petit moineau à déployer ses ailes

Le Petit Moineau, qui avait l’air un peu déçu et surtout très circonspect, répéta « Les serpents viennent ici pour muer… Et alors ?? »

« Alors, ici, ils se libèrent d’une ancienne version d’eux-mêmes pour devenir un peu plus qui ils sont vraiment, cher Petit Moineau ! Il est temps que tu en fasses de même ! », s’exclama l’Eléphant Majestueux avec enthousiasme. « Ton papa s’est trompé, tous les animaux qui t’ont jugé se sont trompés, et tu t’es trompé toi-même : tu n’es pas ce petit moineau tout gros et tout gris. À l’intérieur de toi, depuis toujours tu es le Moineau Majestueux qui aide les autres à déployer leurs ailes à leur tour ! Car les rêves qui nous sont donnés de voir quand nous sommes petits sont notre véritable nature. Ensuite, les autres nous renvoient une image erronée de nous, qui, si nous la croyons, peut devenir notre réalité. Alors oui, pour l’instant, tu te crois tout gris et tout gros, et tu te crois incapable de voler. Mais si tu faisais comme ces serpents et que tu abandonnais ces vieilles croyances ? Qui deviendrais-tu ?? »

Le Petit Moineau n’en croyait pas ses oreilles. Alors c’était vrai, il pouvait vraiment devenir celui dont il avait toujours rêvé ? Il lui suffisait de muer comme un serpent et de se libérer de cette ancienne version de lui-même ?

Il ne l’avait pas remarqué, mais depuis que l’Eléphant Majestueux avait commencé de lui dire tout cela, le Petit Moineau avait commencé à bondir de joie et à s’aider de ses ailes pour garder l’équilibre… C’était comme cela que sa maman faisait pour décoller… 

L’Eléphant Majestueux lui fit remarquer : « regarde, Petit Moineau Majestueux, la mue commence ! Déjà tu bondis, et tes ailes prennent leur place. Continue d’y croire, continue de croire en tes capacités à voler et devenir qui tu es. Élance-toi ! »

Inspiré par ce qu’il entendait, le Petit Moineau Majestueux faisait des bons de plus en plus haut, et ses ailes prenaient de plus en plus leur place. « Oui, je peux le faire. Je suis… Je suis… Je suis… un Moineau Majestueux !!!!! » Et il s’élança dans les airs.

Ce jour où le Petit Moineau devint le Moineau Majestueux fut le premier jour du reste de sa vie. Il aida par la suite tellement de petits moineaux à qui leur papa n’avait jamais appris à voler à prendre confiance en eux ! Il se demanderait toujours comment il aurait pu les aider s’il était resté lui-même accroché à son ancienne peau de Petit Moineau tout gris et tout gros

L’Elephant et lui restèrent amis pour le reste de leur vie. »

FIN

D'autres articles pour vous

Laissez un commentaire