Intelligence émotionnelle : que gagne-t’on à ressentir, et comment faire ?

intelligence émotionnelle

Êtes-vous de celles et ceux qui tentent d’enfouir leurs émotions le plus loin possible par peur qu’elles vous explosent au visage ? Je vous parle bien sûr des émotions dites négatives, comme la colère ou la tristesse, car la joie, en général, vous êtes plutôt d’accord pour la ressentir !

Et si je vous disais que développer votre intelligence émotionnelle permet non seulement de faire en sorte que vos émotions ne vous explosent pas au visage – ni à celui de vos interlocuteurs d’ailleurs. Mais elle vous fait également gagner en connaissance de soi, en compétences relationnelles, et en prise de décisions : vous seriez partant.e pour apprendre ?

Alors, que gagne-t’on à ressentir nos émotions ? Et comment faire ?

Qu’est-ce que l’intelligence émotionnelle ?

Ce sont des psychologues qui en 1990 ont formulé en premier l’idée d’une « intelligence émotionnelle », en la définissant ainsi : « l’habileté à percevoir et à exprimer les émotions, à les intégrer pour faciliter la pensée, à comprendre et à raisonner avec les émotions, ainsi qu’à réguler les émotions chez soi et chez les autres ». Il y aurait donc 3 idées principales dans l’intelligence émotionnelle : 1. identifier quelle émotion je ressens 2. comprendre ce qu’elle vient me dire 3. m’en servir dans nos relations, pour soi et pour les autres

Malheureusement, nous n’avons pas eu la chance d’apprendre cette matière à l’école, et avons fondé tous nos espoirs sur notre intelligence cognitive et physique. Alors à nous maintenant, en tant qu’adultes, de partir à la découverte de nos émotions et de celles des autres !

Pourquoi l’intelligence émotionnelle m’intéresse ?

L’intérêt que je porte à cet apprentissage de l’intelligence émotionnelle vient de ma propre expérience : en tant qu’hypersensible, j’ai toujours tout ressenti en x1000, tellement que j’en ai eu peur. Je me suis donc inconsciemment coupée de mes émotions pour m’en remettre uniquement à mes pensés. Le problème de cet état, qui s’appelle la dissociation, est qu’on se prive alors des signaux d’alerte que nous envoie notre corps. Suite à mon burnout je n’ai finalement plus eu le choix que de ressentir et d’apprendre à décrypter les messages de mes émotions.

J’observe ce même phénomène chez mes client.e.s : tant qu’iels ne ressentent pas leurs émotions, iels se laissent prendre dans des situations de stress intense et peuvent aller jusqu’à craquer nerveusement. Pour prévenir cela, nous apprenons ensemble à ressentir les émotions :

Comment apprend-on à ressentir nos émotions ?

1. Accueillir ses émotions

La première étape que je vous propose est d’arrêter de croire que les émotions sont un chaos intérieur qui pourrait nous empêcher d’atteindre nos objectifs. Les émotions sont les messages que notre corps nous fait passer, et notre corps, c’est nous.

De plus si nous les laissons s’exprimer simplement sans tenter ni de les interpréter ni de bloquer les signaux, les émotions mettent 3 secondes à s’évacuer. Tout le reste c’est notre tête qui tente de contrôler ce qu’il se passe. Alors nous refermons la cocotte minute au risque de la voir exploser, plutôt que de laisser l’air s’évaporer peu à peu.

Découvrez ici l’article où je vous parle de l’effet cocotte minute !

2. Mettre des mots pour les qualifier

Ci-dessous ce qu’on appelle la roue des émotions. Elle vous permet d’identifier l’émotion qui est en jeu à l’intérieur de vous, et de reconnaitre les sensations physiques qui sont liées à cette émotion. Une fois qu’on fait le lien entre ressentis du corps et émotion, on acquiert alors en expérience, et donc en intelligence émotionnelle. Vous mettrez ensuite de moins en moins de temps à reconnaitre une émotion.

3. Prendre conscience du besoin derrière l’émotion

Vous verrez sur la roue des émotions les besoins primaires que transmettent les émotions et ce que vous pouvez faire quand vous les ressentez. Vous avez peur ? Cherchez comment vous rassurer ou être rassuré.e. Vous êtes en colère ? Voyez comment vous libérer et poser vos limites. Vous ressentez de la joie ? Trouver comment vous voulez la partager !

Que gagne-t’on à utiliser notre intelligence émotionnelle ?

La qualité de nos émotions détermine notre qualité de vie

Nous passons 90% de notre temps à ressentir des émotions, alors il semble certain qu’elles ont un impact sur toutes les sphères de notre vie !

Imaginez Michel, qui est tout le temps triste, qui trouve toutes les bonnes raisons pour se prouver à lui-même que la vie est difficile et qu’il n’y arrivera jamais… Sans jamais chercher ni s’offrir de réconfort. Quelle qualité de vie a-t’il à votre avis ? Et comment sont ses relations avec les autres ?

Pour accompagner Michel, je lui proposerai d’expérimenter cet outil conçu par le coach américain Tony Robbins. Il permet de déclencher une nouvelle émotion dans le corps et de gagner en qualité de vie.

L’intelligence émotionnelle améliore nos relations 

Nous avons tous déjà eu une Clotilde au travail, qui dit ok à tout, est calme, essaye de bien faire et qui du jour au lendemain explose dans une colère qui fait trembler les murs !! Ce n’est pas forcément le collègue qui aura le plus généré de colère chez Clotilde qui recevra le torrent. Ce ne sera même peut-être pas un collègue, mais plutôt son conjoint.

Pourquoi ? Parce que pendant des mois voire des années, Clotilde n’aura rien dit. Et un jour, un déclencheur sera la goute de trop et servira de décharge de toute la colère accumulée.

Plutôt que de laisser le vase se remplir, je proposerai à Clotilde de découvrir cet outil magique qu’est la communication non violente. Qui permet d’apprendre à dire ce qu’on a besoin d’exprimer, en restant centré.e sur soi et nos besoins. À essayer ! De ma propre expérience je peux vous dire que cela fonctionne à merveille !

Prendre de meilleurs décisions au travail grâce à l’intelligence émotionnelle

Nos émotions sont notre boussole intérieure, alors et si nous pouvions nous en servir au travail, plutôt que de tout remettre sur l’intelligence cognitives (la tête) ?

Le problème que je vois souvent en entreprise est ce besoin de justifier ce qui est fait de manière intelligible. Ce que je recommande à mes client.e.s c’est de s’autoriser à refaire le processus de l’intelligence émotionnelle : 1. identifier ce qu’iels ressentent sur un sujet de travail 2. Mettre des mots sur cette émotion 3. prendre conscience de leurs besoins et pour finir, rationaliser ce que leurs émotions leur ont permis de comprendre. Alors que la tendance générale en entreprise est de chercher d’abord la clé dans l’intelligence cognitive sans prendre en compte nos émotions.

Pour aller plus loin…

Rendez-vous en séance individuelle de Reconnexion à soi pour vous aider à traverser une phase de questionnements.

Je vous propose un premier échange de 15 minutes offert afin de cerner vos problématiques et de pouvoir répondre à vos questions sur les accompagnements que je propose !

D'autres articles pour vous

Laissez un commentaire